Vous êtes nouveau ici ? Recevez gratuitement le guide "Trouvez votre équilibre postural" pour améliorer votre posture. Cliquez ici pour le télécharger !
Plaisir du vélo

Dès les premiers rayons de soleil, on voit bourdonner les cyclistes. Le vélo s'est refait une santé ces dernières années et participe à la notre.

Recommandé pour ses bienfaits cardio-pulmonaires et circulatoires, le vélo permet d'avoir (ou de reprendre) une activité physique progressive, douce pour les articulations.1
Histoire de joindre l'utile à l'agréable, notre allié santé nous véhicule pour faire les courses ou parcourir quelques kilomètres.

Au printemps, je me suis remise au vélo après ce qui reste, pour moi, le meilleur investissement de l'année. Toute à mon enthousiasme pour ce moyen de transport à la fois ludique et écologique, j'ai eu la surprise de constater que la partie de mon corps qui récupérait le moins bien était... mes fesses. La selle figurait pourtant parmi les modèles dits confortables. J'ai vérifié les réglages, mon positionnement. La réponse était ailleurs.
C'est en cherchant une solution que j'ai trouvé plusieurs études sur les méfaits du vélo liés à la selle2: le bec de selle entrave la circulation périnéale3 avec des conséquences allant de l'inconfort à l'apparition de pathologies uro-génitales en cas d'usage intensif.
Il semble donc que le vélo n'ait qu'un défaut : on est assis dessus. Pour profiter pleinement de ses bienfaits malgré tout, voici quelques astuces :

1. Adoptez une bonne posture

Quelque soit votre type de vélo, gardez le dos droit : perpendiculaire au sol sur un vélo de ville, à 45° en VTT et jusqu'à 15° pour des efforts intenses mais toujours droit par rapport à son axe.
La position dos arrondi est uniquement utile aux sportifs pour développer de la puissance car ainsi les muscles fessiers sont en position optimum pour l'extension de hanche. Hasard ou coïncidence la prévalence de lombalgie est de 60% parmi les cyclistes professionnels.4 Alors, à moins de préparer le tour de France : protégez votre dos. :-)

En ville, profitez des arrêts pour descendre de la selle. Le temps d'un feu rouge, vous libérez la circulation périnéale.

Pour préserver ses genoux et être efficace : tout est dans les pieds !

• Engagement :

La base de l'articulation du gros orteil (l'endroit le plus fort du pied) se situe sur l'axe de rotation de la pédale. Si le pied est trop avancé, on fatigue plus vite. S'il est trop en arrière, on manque de puissance.

Orientation :

Le pied est orienté de façon à ce que la cuisse et la jambe soient dans le même plan vertical. Si le talon est à l'extérieur, le genou sera en dedans et inversement.

2. Adaptez le vélo à votre morphologie

De bons réglages permettent de gagner en confort et en performance. Ils sont toujours indicatifs, à vous de les affiner selon votre ressenti.

Pour être bien en selle :

La bonne hauteur de selle permet d'avoir la jambe naturellement droite (ni tendue ni raidie) quand le talon est sur la pédale au point le plus éloigné dans l'alignement de la jambe. Pied à terre, vous êtes sur la pointe des pieds.
Pour ajuster le recul de selle, munissez vous d'un fil à plomb. Assis(e) sur le vélo, les pieds sur les pédales à l'horizontal, placez le fil à plomb contre votre genou avant : le fil doit passer par le centre de la pédale (ou jusqu'à 1 cm en avant).
Il est souvent conseillé, à tort, de mettre la selle à l'horizontal à l'aide d'un niveau à bulle. Inclinez-la plutôt légèrement vers l'avant pour soulager le périnée et les lombaires.

Si vos réglages sont bons, vous parcourrez de longues distances sans souffrir de maux de dos, de pied ou de genou. En cas de douleur, faites une pause et ajustez votre vélo.

Une douleur s'exprime à l'avant du genou ?

=> Reculez et/ou remontez la hauteur de selle.

Dans les muscles quadriceps (à l'avant des cuisses) ?

=> Montez la selle.

Dans les muscles ischio-jambiers (à l'arrière des cuisses) ?

=> Baissez la selle et/ou reculez votre pied sur la pédale.

Sur la face externe ou dans le creux du genou ?

=> Baissez la hauteur de selle.

Au tendon d'Achille ?

=> Reculez et/ou remontez la hauteur de selle, corrigez l'engagement du pied.

Mal au dos ?

=> Vérifiez votre posture, la hauteur de selle et/ou réglez la potence.

3. Gagnez en confort d'assise

Les recherches scientifiques nous alertent contre une utilisation intensive et négligeant l'assise. Pas de danger à un usage occasionnel mais je sais maintenant que l'inconfort que je ressentais est partagé et vient clairement du bec de selle.
La solution ? Une selle sans bec. Cela existe-t-il seulement ?
Oui ! D'ailleurs certains kiné, ostéopathes et urologues la recommandent. J'ai personnellement testé (et adopté) celle-ci.

Après les réglages d'usage et un petit temps d'adaptation : à moi le canal de Bourgogne !
Les kilomètres défilent et les souvenirs de lendemain sont juste ceux de ma mémoire des randonnées de la veille. Ma drôle de selle fait maintenant des émules auprès de mes amis et certains l'ont adoptée.

Points forts

• L'absence de bec et des inconvénients liés.
• L'assise est très (vraiment très) confortable.
• Les suspensions intégrées ajoutent au confort.
• Une customisation aussi utile qu'originale.

Points faibles

• Il faut régler à nouveau la hauteur de selle à l'installation.
• Un temps d'adaptation est nécessaire.
• Ce type de selle ne convient pas à un usage VTT, en montée raide et descente technique pour lesquelles le bec de selle est utile.
• Introuvable en magasin car encore peu connu.5

Conclusion

Cette selle est idéale si vous faites du vélo en ville ou du cyclotourisme. Pour un usage sportif, préférez une selle dont le canal central est évidé.
Quelle que soit votre selle, profitez de votre vélo !6
Bouger, s'aérer, se déplacer : à chacun son idée du vélo mais pour tous c'est un moyen de garder la forme, naturellement.

Notes :
1 - Recommandé en cas de fragilité articulaire ou de surpoids.
2 - Liens : 1, 2, 3.
3 - En particulier le canal pudendal qui innerve et vascularise les organes sexuels (masculins et féminins) et les sphincters. Une bonne vascularisation de cette zone participe donc à l'équilibre uro-génital.
4 - Cf. La lombalgie du cycliste, Eric Goudard, mémoire de l'IFPEK de Rennes 2010/2011.
5 - Au moment de mes recherches à Dijon.
6 - En cas de reprise d'une activité physique, préférez une progression lente. Ne forcez rien. Demandez l'avis de votre médecin au préalable, particulièrement en cas d'arthrose, de sciatique, de lumbago, de problèmes de genou ou de troubles cardiaques.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Votre guide en cadeau

Pour aller plus loin, téléchargez gratuitement le guide et "Trouvez votre équilibre postural".

Guide pratique pour améliorer sa posture

Se connecter