Votre rendez-vous au 06 32 19 18 67. Horaires, tarifs et accès en cliquant ici.

Comment se déroule une séance de shiatsu ?

Vous êtes reçu(e) individuellement. Un entretien préalable et une phase d'observation posent les bases de l'accompagnement (attentes, antécédents, hygiène de vie, etc.). Le début de la séance permet d'affiner le bilan énergétique par une "lecture" de points et zones spécifiques en lien avec les méridiens (=trajets de circulation énergétique). La séance se compose d'une alternance de pressions et d'étirements sur l'ensemble du corps. Les techniques employées sont choisies en adéquation avec les attentes du receveur et le bilan énergétique établi. Des conseils d'hygiène de vie ou des exercices peuvent être donnés en complément de la séance.

Est-ce que ça fait mal ?

En Europe, le shiatsu a été adapté pour éviter la douleur. Selon l'état physique et psychique de la personne, certaines zones peuvent être plus tendues. Mon travail se fait à l'écoute, dans un grand respect du corps et de sa sensibilité. Le shiatsu que je pratique ne comporte aucune manipulation brusque et je recours le plus possible à une approche distale - démarche qui consiste à travailler des zones réflexes éloignées du foyer de la douleur pour libérer les tensions plus en douceur.

Le shiatsu se pratique à travers les vêtements. Pourquoi ? Est-ce aussi efficace ?

Donner ou recevoir un shiatsu à travers des tissus souples et naturels est idéal. C'est un gage de confort et d'une certaine qualité de toucher.
En accédant à une détente profonde la température corporelle s'abaisse naturellement. Il est donc préférable pour le receveur d'être vêtu - une couverture peut même être ajoutée.
Il arrive toutefois que les vêtements du receveur soient inadaptés (jean épais, tissus synthétiques glissants, haut avec des boutons ou à froufrous, soutien-gorge, etc.). Au cabinet, je demande aux femmes de quitter leur soutien-gorge si elle en porte un et de garder leur haut. Quand le haut est peu pratique, je propose un t-shirt en coton. Si le bas est trop épais, serré ou glissant, je demande de l'enlever et je travaille à travers une couverture.
L'Énergie circule aisément à travers des tissus et la qualité du toucher est meilleure (on évite de glisser ou de tirer des poils). En gagnant en stabilité, les pressions sont aussi plus justes et potentiellement plus profondes.

Les séances sont-elles toujours identiques ?

Cela dépend du style de shiatsu pratiqué.
Pour moi, en Shiatsu Yin, chaque séance est différente, construite pour répondre aux besoins et attentes du receveur à l'instant T.

Il existe plusieurs styles de shiatsu. En quoi sont-ils différents ?

Le shiatsu signifie littéralement "pression des doigts" en japonais. Le terme est né en 1920 avec la volonté de distinguer le massage traditionnel (amma) de la thérapie manuelle. Le socle commun se constitue de pressions et d'étirements exercés manuellement sur l'ensemble du corps. Au cours du XXe siècle, le shiatsu se développa avec des enseignants ayant à cœur d'enrichir la discipline en fonction de leur parcours. Ces enrichissements ont façonné des styles différents qui se distinguent sur :
• l'utilisation des principes de la médecine traditionnelle chinoise,
• l'intégration de techniques d'ostéopathie et de chiropraxie (résultat d'échanges avec les États-Unis),
• l'orientation vers le bien-être ou la thérapie,
• des types de pression (d'orientation, de profondeur et de rythme différents),
• le recours à des protocoles définis ou l'élaboration de séances personnalisées.

Chaque style de shiatsu porte le nom de ce qui le caractérise (Yin, myo-énergétique) ou de son inventeur (Namikoshi, Masunaga).

Comment le shiatsu est-il reconnu ?

Au Japon, d'où il est issu, le shiatsu est une thérapie manuelle reconnue par le Ministère de la santé depuis 1955.
Dans une résolution de 1997, le Parlement européen cite le shiatsu en tant que « médecine non conventionnelle digne d'intérêt » et encourage les État membres à reconnaître et structurer la discipline comme telle.
Depuis juillet 2015, l'État français reconnaît le titre professionnel de « Spécialiste en shiatsu » avec les compétences suivantes :
« Le praticien de shiatsu s'inscrit dans le domaine de la prévention et de la détente. (...) Dans ce cadre, le spécialiste en shiatsu atteste des principales capacités suivantes :
• Accueillir la clientèle
Établir un bilan énergétique
Choisir une stratégie d'intervention appropriée
Mettre en pratique les techniques du Shiatsu
Assurer un suivi. » Extrait du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

J'envisage de suivre la formation. Y-a-t-il des prérequis ?

Le shiatsu est une discipline bien particulière pour laquelle il n'existe aucun cursus préparatoire. En plus des enseignements techniques et énergétiques spécifiques, des modules d'anatomie-physiologie et la formation "prévention et secours civiques" (PSC1) sont intégrés au cursus. Certains professionnels de santé sont dispensés d'anatomie-physiologie de par leur formation initiale.