Le shiatsu, on en parle dans Femme actuelle, Top santé, Géo Sciences et d'autres.
Le problème avec les phénomènes de mode, c'est qu'on s'y perd !

Le point en 8 questions/réponses.

1. Le shiatsu : qu'est ce que c'est ?

Le shiatsu fait partie de la filière des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient.
Le praticien aide la personne en demande à garder ou à retrouver un équilibre sur les plans physique, émotionnel et psychique par un travail de rétablissement de la circulation énergétique à l'aide de pressions et par une relation d'aide.

Définition du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)
Définition et origine du shiatsu

2. À quoi ça sert ?

  • Se détendre ;
  • soulager la douleur et les tensions ;
  • accompagner la femme enceinte pendant sa grossesse ;
  • mieux récupérer après une opération ou un accident ;
  • compléter un traitement médical ;
  • se réconcilier avec son corps et un toucher juste ;
  • retrouver et entretenir un équilibre global.

Les applications sont nombreuses mais vous êtes unique.

C'est la raison pour laquelle on fait le point au début de chaque séance. Qu'est ce que vous attendez de cette séance ? est ma question fétiche !

Si vous avez un doute sur ce qu'il est possible de faire ou d'éventuelles contre-indications : demandez conseil à votre praticien-ne de shiatsu.

3. Comment se passe une séance de shiatsu ?

Le shiatsu utilise des techniques spécifiques de pression, d'étirement et de mobilisations pour détendre, évacuer les tensions et aider le corps à récupérer.

À la différence du massage, le shiatsu se reçoit habillé de vêtements souples.

Les séances sont construites en fonction du besoin et des spécificités de chacun (antécédents médicaux, posture, habitudes).

4. Quel est le rôle de votre praticien-ne shiatsu ?

À travers le shiatsu, le ou la praticien-ne propose un accompagnement global en s'intéressant à l'Être dans toutes ses dimensions (physique, psychologique, énergétique).

Imaginez que votre corps soit comme une rivière. Votre énergie est l'eau qui circule. Mon rôle est de désensabler, de retirer ce qui gêne le courant. J'ouvre la voie ; ensuite c'est à vous de veiller à la tenue des berges, à la qualité de l'eau.

Le shiatsu est un travail d'équipe !

Il s'inscrit dans une écoute et une attention à soi particulières pour utiliser au mieux nos ressources personnelles.

5. Comment ça marche ?

Le shiatsu intervient à la fois au niveau physique et énergétique.

Il a d'abord une action directe sur l'ensemble des tissus : la peau, les fascias, les muscles et les os.

Le shiatsu travaille aussi au niveau énergétique par son action sur les méridiens et points d'acupuncture.

Qu'est ce qu'un méridien en énergétique ?
Les méridiens sont des trajets de circulation de l'énergie dans le corps. Découverts il y a plus de 3000 ans par la médecine traditionnelle chinoise et confirmés par les recherches modernes, ils sont utilisés en médecine chinoise, en acupuncture, en shiatsu et dans d'autres disciplines énergétiques. Dans la culture japonaise, la bonne circulation de l'énergie vitale détermine la santé. En appliquant des techniques manuelles aux méridiens adaptés, le praticien en shiatsu régule le fonctionnement global de l'organisme.

6. Le shiatsu, ça vient d'où ?

Le shiatsu est né de la volonté de valoriser la thérapie manuelle dans le Japon du début du 20e siècle. Il associe savoirs millénaires et techniques modernes.

Aux origines du shiatsu : le massage thérapeutique introduit au Japon en 602 avec la médecine traditionnelle chinoise dont il fait partie. On le nomme alors amma - littéralement « calmer avec les mains ». Au fil des siècles, l'amma (ou anma) s'éloigne de sa vocation thérapeutique pour s'orienter vers la relaxation et le bien-être.

Le shiatsu a été créé pour préserver la thérapie manuelle. Il apparaît comme une synthèse des principes de l’acupuncture, du massage traditionnel, du Do-In (auto-massage) et des connaissances modernes en anatomie et physiologie.

Le terme « shiatsu » est utilisé pour la première fois en 1919 par Tenpeki Tamaï. Plusieurs maîtres japonais ont ensuite développé leur propre style.

En 1954, le Ministère de la santé japonais reconnaît le shiatsu comme une thérapie manuelle et le distingue du massage bien-être en 1964. Voilà pourquoi le shiatsu n'est pas un massage ! Je vous en reparle dans le jeu des 5 différences

Tout au long du 20e siècle, le shiatsu a intègré les découvertes occidentales pour traiter de nouveaux troubles. Les échanges avec les États-Unis ont enrichi l'approche traditionnelle de techniques de chiropraxie et d'ostéopathie.

En Europe, le shiatsu se fait connaître à partir des années 1970, grâce aux pratiquants d'arts martiaux qui l'utilisent pour mieux récupérer.

En mai 1997, le Parlement européen a inscrit le shiatsu parmi les médecines complémentaires dignes d'intérêt.

En France, l'État reconnaît le titre professionnel de « Spécialiste en shiatsu » depuis juillet 2015, avec un rôle dans la détente, la prévention et l'accompagnement à la santé.

7. Existe-t-il plusieurs styles de shiatsu ? En quoi sont-ils différents ?

Il existe différents styles de shiatsu. Chacun correspond à l'enseignement d'un grand maître japonais qui a enrichi la discipline en fonction de son parcours. Chaque style de shiatsu porte le nom de ce qui le caractérise (shiatsu-Yin, myo-énergétique) ou de son inventeur (Namikoshi, Masunaga).

Les styles de shiatsu se distinguent sur :

  • l'utilisation des principes de la médecine traditionnelle chinoise,
  • l'intégration de techniques d'ostéopathie et de chiropraxie (résultat d'échanges avec les États-Unis),
  • l'orientation vers le bien-être ou la thérapie,
  • des types de pression (d'orientation, de profondeur et de rythme différents),
  • le recours à des protocoles définis ou à la construction de séances personnalisées.

Les techniques et principes fondamentaux restent les mêmes. 

Qu'est ce que le shiatsu yin ?

Le shiatsu-Yin est le style de shiatsu développé par Nobuyuki Takeuchi, médecin acupuncteur, fondateur de la clinique Akahigedo de Tokyo. C'est celui que je pratique le plus souvent.

Ses principales caractéristiques :

  • Chaque séance est unique, construite au cas par cas.
  • L'approche est distale, respectueuse de douleurs éventuelles.
  • Il repose sur un système de correspondances exclusives (entre méridiens et entre articulations).
  • Une grande attention est portée à la respiration qui rythme la séance.
  • Les pressions sont exercées à 45° et relâchées de manière progressive.

Ses atouts :

Le Shiatsu Yin permet un accompagnement psycho-corporel complet. Ses particularités favorisent :

  1. La qualité de l'accompagnement.
  2. Le confort du receveur dont on respecte davantage le rythme et la sensibilité. Par exemple, quand on ne peut pas toucher directement la zone à travailler (hypersensibilité, blessure récente) : on utilise les correspondances.
  3. Une récupération plus rapide après un accident ou une opération en intervenant au plus tôt sur une zone distante mais énergétiquement en lien avec la zone en souffrance.

8. Peut-on pratiquer le shiatsu sur soi ?

Dans ce cas, on parle de do-in. C'est la version à faire soi-même du shiatsu.

Le do-in ne permet pas de tout faire à l'identique du shiatsu mais certains gestes permettent de soulager les petits maux du quotidien. Il est le plus souvent pratiqué en cours collectifs.

Je vous partage certains de ces gestes dans le guide 5 gestes bien-être.

  1. Comments (0)

  2. Add yours
There are no comments posted here yet

Leave your comments

  1. Posting comment as a guest.
0 Characters
Attachments (0 / 3)
Share Your Location

5 gestes bien-être

Un guide pas à pas pour désamorcer les tensions dès les premiers signes.

 

Bonjour !

Aurélia Benoit du blog Shiatsu-horizon

 

Je suis Aurélia Benoit.

J'accompagne les personnes stressées ou sujettes aux tensions vers un mieux-être grâce au shiatsu, un toucher doux à l'écoute du corps.

Mieux dans leur corps, mieux dans leur tête, elles peuvent mieux profiter de la vie.